Home National 9ème session des Trésors publics de la Cemac : Améliorer la collecte...

9ème session des Trésors publics de la Cemac : Améliorer la collecte de l’épargne et sa réallocation vers les projets d’investissement

0
Les organisateurs et les participants après l’ouverture des travaux.

Le C.p.c (Cadre permanent de concertation) des Trésors publics de la Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) a tenu, du 4 au 8 mars 2024, à Brazzaville, sa neuvième session sous le thème: «Techniques d’émission et amélioration du taux de participation des spécialistes en valeurs du trésor (S.v.t) sur le marché des valeurs du trésor de la Cemac». L’objectif visé est de renforcer le rôle pivot du marché des valeurs du trésor de la Cemac dans la mobilisation et l’allocation des ressources, pour maintenir un environnement macroéconomique stable et attractif au niveau régional et international.

Les pays de la Cemac souhaitent devenir émergents. C’est ainsi que les défis et les actions à mettre en œuvre ont longuement été évoqués et argumentés tout au long de la session des Trésors publics, pour améliorer la collecte de l’épargne et sa réallocation vers les projets d’investissement propices à la consolidation de la croissance économique.
Dirigée par Gatien Ondaye Obili, conseiller à la gestion et au suivi de la trésorerie au Ministère de l’économie et des finances, président en exercice du Cadre permanent de concertation des trésors publics de la Cemac, en présence de Marcel Ondélé, secrétaire général adjoint de la Cobac (Commission bancaire de l’Afrique centrale), Serge Dino Daniel Gassakys, directeur national de la B.e.a.c, Christian Rodrigue Otoly, gestionnaire de la Cellule de règlement et de conservation des titres, rapporteur de la session et Serge Ouarasso Monvossé, directeur général du trésor et de la comptabilité publique de la République Centrafricaine, cette neuvième session a regroupé les dirigeants des trésors publics des pays de la Cemac et les régulateurs des marchés de capitaux de la zone, comme la B.e.a.c, la Cobac, la Cosumaf et la Cima, ainsi qu’Afritac centre, une structure du F.m.i qui suit l’évolution des économies des pays de la Cemac, la Cipres, les banques, les sociétés de gestion et autres.
La première session de 2024 a consisté à dresser un état des lieux des différentes techniques d’émission des titres publics de la Cemac et de la participation des spécialistes en valeurs du trésor qui, de par leur rôle d’animateurs du marché, sont des acteurs majeurs pour la mobilisation des ressources au profit des Etats.
Au regard d’un monde en perpétuel changement, les cadres des trésors publics des pays de la Cemac ont réfléchi aux réponses pertinentes, face à des défis actuels et à venir. La question centrale pour les Etats et pour le cadre permanent de concertation des trésor publics est de savoir comment continuer à respecter les engagements financiers, tout en dégageant suffisamment de marges de manœuvre pour financer l’investissement et la croissance économique.
Les échanges et le partage ont aussi permis de revisiter les fondamentaux et d’évaluer l’état de mise en œuvre des recommandations issues des précédentes sessions, ainsi que la force et la pertinence des propositions. Il a été relevé que le marché des valeurs du trésor de la Cemac poursuit son évolution, avec un encours qui s’établit à 6.408,5 milliards de francs Cfa à la fin du mois de janvier 2024, soit 9,2% du P.i.b de la Cemac. Celui-ci est composé à 80,6% par les obligations du trésor assimilables (O.t.a) et à 19,4% par les Bons du trésor assimilables (B.t.a).
Les parts détenues par les investisseurs institutionnels et les personnes physiques, qui ne représentaient que 1% du volume total en 2018, s’élèvent aujourd’hui, respectivement, à 16,1%, soit 1.032,3 milliards de francs Cfa, et 2,8%, soit 177,1 milliards de francs Cfa.
«La question du financement de nos économies, déjà cruciale, revêt, de nos jours, plus d’acuité encore, en raison des différentes crises qui sévissent à travers le monde, avec comme corollaire la faible mobilisation des financements extérieurs. A ce titre, le marché des valeurs du trésor de la Cemac est devenu une alternative crédible pour le financement des besoins de nos Etats», a déclaré Serge Dino Daniel Gassackys, directeur national de la B.e.a.c Congo.
Pour sa part, Gatien Ondaye Obili a mis en exergue la perspective mettant en lumière la nécessité de l’amélioration de la gouvernance des finances publiques et des politiques d’investissement. «Il nous faut affranchir de la pratique consistant à consacrer des fonds levés au remboursement de la dette échue. Si le marché offre des instruments adaptés, il nous appartient de déterminer les meilleures conditions, la meilleure organisation pour y parvenir. En cela, nous devrions nous inspirer des bonnes pratiques internationales en matière de sélection, de conduite des projets et de mobilisation des fonds», a-t-il fait savoir.
A noter que le Cadre permanent de concertation des Trésors publics de la Cemac a été institué en novembre 2021, en vue de permettre aux administrations financières de la Cemac, concernées par les activités du marché financier sous-régional, de pouvoir échanger de manière régulière, pour harmoniser, partager les bonnes pratiques et renforcer la coordination des interventions des Etats sur le marché financier, en y incluant, en bonne place, les principes de communication. La 9ème session tenue à Brazzaville a constitué un grand succès sur ce point de vue.

M. B.-MALEKA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile