back to top
30.6 C
Brazzaville
samedi 22 juin 2024 | 19:30
spot_img

Accès Internet: face à l’augmentation des prix, Léon-Juste Ibombo a rappelé l’A.r.p.c.e à l’ordre

Accès Internet

Face à l’augmentation des prix, Léon-Juste Ibombo a rappelé l’A.r.p.c.e à l’ordre

Dans un courrier adressé en date du 5 février 2024, à son directeur général, Louis Marc Sakala, le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon-Juste Ibombo, somme l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques), de rétablir les prix Internet comme ils étaient avant le début de cette année.

Le monde a basculé dans l’économie numérique. Même au Congo, nous y sommes. Les transactions financières se font de plus en plus à travers des applications connectées à Internet. Être connecté à la toile devient tout simplement exister. Les technologies d’accès Internet connaissent de grandes évolutions. Aujourd’hui, les opérateurs de téléphonie mobile sont devenus les principaux fournisseurs d’accès Internet au grand public. D’autant plus que les smartphones sont les terminaux les plus répandus de la téléphonie mobile, permettant une fonction de navigabilité aisée sur la toile. Sauf que les prix d’accès Internet chez nous sont repartis à la hausse.
Léon-Juste Ibombo
Louis-Marc Sakala
En ce qui concerne les prix d’Internet, il y a une sorte de marché de dupe qui s’est installé entre les usagers de la téléphonie et les opérateurs de la téléphonie mobile. Dans un article publié dans le numéro 237 du jeudi 8 février 2024, Ghislain Ondélé Kanga, président du Mouvement citoyen des consommateurs avait marqué son étonnement, lors d’une réunion organisée par l’A.r.p.c.e, le 31 janvier, d’entendre dire que les opérateurs de téléphonie mobile allaient augmenter les prix d’accès Internet.
Pour lui, cette augmentation ne se justifie car les consommateurs payent déjà deux fois le coût d’accès Internet, par rapport aux tarifs homologués. «Souvent, les tarifs ne respectent jamais les prix plafonds, planchers ou pondérés d’un méga-octet, fixés par la loi pour les différentes technologies de la téléphonie mobile: 2G; 3G et 4G», soutient-il. Bref, il a fait la démonstration de ce que les sociétés de téléphonie mobile engrangent de grandes marges bénéficiaires, en surfant sur les prix d’Internet, multipliés par le nombre de consommateurs.
Ces derniers temps, l’on constate que les sociétés de téléphonie mobile continuent d’afficher les mêmes prix promotionnaires des forfaits Internet, alors que ceux-ci n’ont plus rien à voir avec la réalité. On promet, par exemple, des bonus qu’on ne donne plus. En somme, les usagers ont le sentiment d’être arnaqués dans cette histoire de forfaits et de bonus. Surtout que les réclamations n’aboutissent généralement pas. En plus, le débit est parfois problématique: vous chargez un forfait de 500 F Cfa. La connexion rame. Vous êtes découragé. Au bout, on vous fait savoir que votre connexion est épuisée. Ce qui a mis le ministre en charge de l’économie numérique hors de lui. «Il m’a été donné de constater que vous avez organisé une réunion en date du 18 janvier 2024 avec tous les opérateurs, puis le 31 janvier 2024 avec tous les consommateurs, sans la moindre information de la tutelle, sur le projet d’augmentation des tarifs Internet au Congo», a-t-il écrit dans son courrier.
Léon-Juste Ibombo justifie cette décision par le fait que lors «du Conseil des ministres du 18 janvier 2024, le gouvernement avait décidé, parmi les mesures prises pour traduire en acte le plan d’action relatif à «l’année de la jeunesse» décrétée par Son Excellence Monsieur Denis Sassou-Nguesso, Président de la République, Chef de l’Etat, de geler les coûts des tarifs Internet, pour promouvoir l’inclusion financière, afin de permettre aux jeunes engagés dans l’esprit d’innovation, de recherche et d’entreprenariat, de jouer pleinement leur rôle dans le développement socio-économique de notre pays».
Alors, il a demandé au directeur général de l’A.r.p.c.e «de prendre toutes les dispositions nécessaires, afin que cette décision du Conseil des ministres soit traduite, avec effet immédiat, en actes justifiables et vérifiables par nos consommateurs des services de communications électroniques. Une communication devant les médias devra être faite à la suite de l’application de ladite décision». Et nous les médias, nous attendons encore cette communication!
Urbain NZABANI

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles