back to top
29.5 C
Brazzaville
samedi 18 mai 2024 | 10:30
spot_img

Affaire succession de feue Adèle Barayo : Aubin Tchibinda dénonce le comportement de l’huissier Okemba-Ngabondo

Dans une conférence de presse qu’il a tenue vendredi 3 mai 2024, à la Cité Cardinal Emile Biayenda, à Brazzaville, Franck Chardin Aubin Tchibinda, directeur exécutif du Pajed (Programme d’assistance juridique pour l’égalité en droit), a sensibilisé la presse sur l’affaire de la succession de feue Barayo, en dénonçant le comportement de Maître Jérôme Gérard Okemba Ngabondo, huissier de justice, qui persiste dans «son refus obstiné d’établir un rapport financier préliminaire et descriptif de sa mission en tant que séquestre, malgré les injonctions» du Tribunal d’instance de Mfilou-Ngamaba. Il l’accuse d’avoir détourné les fonds de la succession, représentant le montant de 95 millions de francs Cfa.

D’entrée de jeu, Franck Chardin Aubin Tchibinda a fixé les journalistes, dans son mot liminaire, en indiquant que «le Pajed exprime sa plus vive préoccupation face au comportement de Me Jérôme Gérard Okemba Ngabondo, huissier de justice en résidence à Brazzaville». En effet, son organisation «a été alertée sur les agissements de Me Jérôme Gérard Okemba Ngabondo qui, en sa qualité de séquestre judiciaire de la succession de feue Adéle Barayo, a systématiquement ignoré les décisions de justice émanant des instances judiciaires de notre pays. Malgré les ordonnances répertoires émanant du Tribunal d’instance de Mfilou-Ngamaba, en date du 14 septembre 2021, répertoire n°095 du 28 décembre 2021, répertoire n°64, ainsi que les réquisitions du procureur général près la Cour d’appel de Brazzaville, datées du 23 septembre 2021 (n°324/cab, PR-2021), Me Jérôme Gérard Okemba Ngabondo persiste dans «son refus obstiné d’établir un rapport financier préliminaire et descriptif de sa mission en tant que séquestre», a-t-il poursuivi.
Ce comportement, pense-t-il, «témoigne d’un mépris flagrant envers les décisions de justice et les injonctions du tribunal. Ce qui nécessite des mesures immédiates pour rétablir l’ordre et la confiance envers le système judiciaire». «Son refus obstiné d’établir un rapport financier préliminaire et descriptif de sa mission en tant que séquestre, malgré les injonctions du tribunal, démontre un comportement inacceptable et irrespectueux envers l’autorité judiciaire qui l’a désigné en qualité de séquestre de la succession de feue Barayo Adèle», a-t-il précisé.
«En outre, des éléments sérieux laissent à penser que Me Jérôme Gérard Okemba Ngabondo a non seulement détourné les fonds de la succession, évalués à plus de 95.040.000 F Cfa, mais également favorisé des tiers non autorisés à percevoir des loyers et à disposer des biens placés sous séquestre», a-t-il ajouté.
Répondant aux préoccupations des journalistes, le directeur exécutif du Pajed a «condamné ces agissements qui sapent non seulement la confiance du public envers notre système judiciaire, mais qui risquent également de provoquer des conflits au sein de la famille concernée. Le comportement de Me Jérôme Gérard Okemba Ngabondo est non seulement contraire à l’éthique professionnelle, mais il met également en péril la cohésion familiale et la justice sociale».
Franck Chardin Aubin Tchibinda demande que la lumière soit faite sur cette affaire. Il appelle également les autorités compétentes à mener une enquête approfondie sur les biens mis sous séquestre, ainsi que sur les comptes bancaires où sont logés les fonds de la succession. «Il est impératif de rétablir la vérité et de garantir la protection des intérêts de tous les membres de la famille concernées», a-t-il fait savoir.
«Nous exhortons la gendarmerie d’identifier et de déférer au parquet tous les responsables de ces actes répréhensibles, y compris les éventuels complices de Me Jérôme Gérard Okemba Ngabondo, pour que justice soit rendue, conformément à la loi et sans complaisance. Parmi eux, nous soupçonnons certains magistrats que nous traduirons devant le conseil supérieur de la magistrature dès que nos soupçons seront confirmés», a-t-il affirmé. Il a invité les autorités «à revoir les procédures de désignation des séquestres judiciaires et à privilégier la nomination des greffiers en chef de la cour ou du tribunal, qui répondent d’éventuelles indélicatesses, conformément aux recommandations énoncées dans la note circulaire n°0470MJDHPPA-CAB du Ministère de la justice».

Propos recueillis par Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles