back to top
27.2 C
Brazzaville
dimanche 16 juin 2024 | 15:36
spot_img

Comité de gestion de l’Hôpital de référence de Bacongo (Brazzaville) : Le bilan présenté par la direction de l’hôpital est encourageant, malgré les difficultés

Il s’est tenu, mercredi 15 mai 2024, à la Mairie de Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville, la réunion du Comité de gestion de l’Hôpital de référence de Bacongo, sous la direction de de Bernard Batantou, administrateur-maire de cet arrondissement, président du comité de gestion, avec la participation de la directrice de l’hôpital, la Dre Carmen Miambanzila Matoko, du médecin-chef du District sanitaire de Bacongo, le Dr Albert Mabiala, et du représentant du directeur départemental de la santé. Manque de moyens financiers, manque de ponctualité du personnel, non connexion de l’hôpital au réseau d’eau de L.c.d.e, suroccupation des lits sont, entre autres, les problèmes épinglés au cours de la réunion du Comité de gestion. Mais, le travail réalisé par la direction de l’hôpital.

Après le discours d’ouverture de Bernard Batantou, qui a invité les participants à la ponctualité, et le mot du Dr Albert Mabiala a rappelé le rôle du président du Comité de gestion, la directrice de l’hôpital, la Dre Carmel Miambanzila Matoko a fait la présentation des résultats de l’année 2023. Il en ressort que «l’Hôpital de référence de Bacongo compte 141 lits dont 128 lits fonctionnels et plusieurs services à savoir: le service de pédiatrie; l’immunologie; chirurgie; maternité; ophtalmologie, etc». Malheureusement, il y a une suroccupation des lits. «On trouve deux malades sur un lit, trois bébés peuvent également se trouver dans un même lit. Une situation qui nous préoccupe», a-t-elle ajouté.
Elle s’est attardée sur les faits qui ont marqué l’année 2023, entre autres: l’organisation de la campagne de dépistage et de traitement des pathologies buccales; une grave panne du groupe électrogène ayant généré une rupture d’eau à l’hôpital; l’exécution d’un programme de développement de santé axé sur quatre sous-programmes: la gouvernance; l’offre des soins; la gestion des catastrophes et la promotion de la santé. Sur les 103 activités programmées, seules 43 ont été réalisées. Les autres activités n’ont pu être réalisées, par manque de moyens financiers.
8.189 enfants ont été reçus et pris en charge. La gratuité du paludisme est assurée pour les enfants de 0 à 15 ans. Ainsi, 779 enfants ont bénéficié de la gratuité des produits antis palustres. Il existe différents types de gratuité à l’Hôpital de référence de Bacongo, qui «vient en aide aux démunis, des malades parfois abandonnés par leurs parents», a-t-elle fait savoir. Le paludisme, le diabète et les A.v.c (Accidents vasculaires cérébraux) sont les trois principales causes d’hospitalisation. «Dans les différents services, il y a un médecin spécialiste. Mais, les antivaleurs gagnent tout le monde, même les malades en sont victimes», a-t-elle regretté.
L’Hôpital de référence de Bacongo n’est pas connecté au réseau de L.c.d.e (La congolaise des eaux). C’est un problème qui pénalise cet établissement sanitaire qui est fréquenté par des malades venant des autres arrondissements voisins, notamment les arrondissements 8 Madibou et 7 Mfilou, sans oublier l’arrondissement 1 Makélékélé.
Pour 2024, en perspective, l’hôpital compte sur le Projet Kobikissa et la Caisse d’assurance maladie universelle (Camu). «Avec ces deux projets, l’hôpital compte acquérir des dispositifs médicaux, pour améliorer la numérisation des services», a-t-elle déclaré. Seul, le Projet Kobikissa va permettre la qualité des soins de santé et des services. Au-delà des difficultés, les populations sont satisfaites du travail réalisé par la direction de l’hôpital, malgré l’absence d’un accompagnement adéquat pour réaliser les activités programmées.
Dans son mot de clôture, le président du comité de gestion a exhorté les membres à l’excellence. Pour lui, «le chemin qui conduit à l’excellence est plein d’obstacles». «Nous pouvons y arriver, puisque beaucoup de choses ont été réalisées avec peu de moyens financiers. «Luttons efficacement contre les antivaleurs, l’imponctualité est une anti-valeur», a-t-il fait savoir.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles