back to top
29.5 C
Brazzaville
samedi 18 mai 2024 | 10:29
spot_img

Conférence à l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomès | Aurélien Damase Bouithy : passer à une économie verte et une société de soins

Le directeur du Cabinet conseil en stratégie et financement de projets (BT integral consulting), Aurélien Damase Bouithy, a animé, le vendredi 5 avril 2024, à l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomès, à Brazzaville, une conférence sur le thème, «investir en faveur des femmes: accélérer le rythme», à l’occasion de la journée internationale de la femme. Cette conférence a porté sur l’analyse des cinq axes-clés de mobilisation retenue pour le thème: comment promouvoir l’entreprenariat féminin; le rôle de l’Etat dans le développement de l’entreprenariat féminin; les perspectives et les divers sur les sources de financement.

Pour Aurélien Bouithy, investir dans les femmes est le principal défi de taille en matière des droits humains, une reconnaissance de l’importance du rôle des femmes dans la société. Le progrès en faveur des femmes profite à tous, en ce qu’elles constituent le socle de la famille. Car, une société faite de femmes implique des économies justes, prospères et inclusives.
Le conférencier s’est appuyé aussi sur une statistique des Nations unies indiquant qu’en comblant les manques ou besoins essentiels des femmes, tels que les services de soins, les emplois décents, il est possible de créer 300 millions d’emplois. L’orateur a également abordé une des recommandations majeures des Nations unies relatives à la pauvreté des femmes, à laquelle il est absolument nécessaire de mettre fin, dans le contexte de crise économique, de conflits géopolitiques, de catastrophes climatiques et de pandémie de covid survenue en 2020. Ce contexte socio-économique défavorable que traverse le monde expose les couches sociales sensibles comme celles des femmes à une plus grande précarité. Depuis 2020, il y a eu un accroissement de 75 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté.
D’ici à 2030, a-t-il indiqué, s’appuyant sur la même source onusienne, plus de 342 millions de femmes et de filles pourraient vivre sous le seuil de pauvreté, au rythme de moins de 2,5 dollars par jour. Il a, estimé, qu’il faut agir urgemment par des actions concrètes.
De l’avis des experts, a dit Aurélien Bouithy, les crises bien souvent accroissent les inégalités sociales et la situation des femmes devient, alors, la variante d’ajustement des plans de réduction des dépenses publiques initiées par les pouvoirs publics. Il a, également, révélé que, conformément à une prévision onusienne, 75% de pays réduiront leurs dépenses publiques d’ici à 2025, du fait des conflits, de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et du carburant.
En conséquence, «l’austérité a des répercussions négatives sur la situation des femmes et affaiblit les dépenses publiques consacrées aux services publics essentiels et à la protection sociale», a-t-il fait savoir. A son avis, promouvoir la Gestion axée sur les résultats (Gar), qui donne une place significative aux questions du genre en termes de retombées des projets et dont les partenaires au développement ont fait une exigence en matière de financements qu’ils apportent à leurs bénéficiaires, permet de mettre la priorité sur la condition des femmes. C’est une absolue nécessité de soutenir les agents féministes de changement qui ne perçoivent qu’une faible partie du total de l’aide publique au développement, dans leur combat noble pour une grande place des femmes dans l’univers trop masculin des instances des décisions.
Abordant le dernier point des axes-clefs de mobilisation en faveur des questions de la femme, c’est-à-dire passer à une économie verte et une société de soins, Aurélien Bouithy a fait sienne une observation communément partagée attestant que «le système économique actuel exacerbe la pauvreté, les inégalités et la dégradation de l’environnement. Et ces phénomènes affectent plus les femmes et les groupes marginalisés». C’est pourquoi il recommande d’adopter des modèles économiques alternatifs, en passant à une économie verte et une société de soins, qui fait plus entendre la voix des femmes; l’Etat se devant de soutenir davantage d’initiatives économiques que politiques dans les domaines de l’environnement.
Aurélien Bouithy prend position en faveur de quelques activités à soutenir telles que les énergies renouvelables (solaire et éolienne), l’agriculture biologique ou durable, la valorisation des déchets suivant la règle des 3R (Réduire, réutiliser et recycler). A l’appui des initiatives devant recevoir le soutien nécessaire des pouvoirs publics et des O.n.gs, il s’est inspiré de l’exemple de la Côte d’Ivoire où les femmes sont encouragées à se lancer dans de nouvelles techniques de culture moins consommatrices d’eau, notamment la production aquaponique qui est une culture agricole et piscicole en circuit fermé, la culture de la noix de cajou dont le pays est devenu l’un des grands producteurs mondiaux du fait de l’initiative de plusieurs femmes réunies en coopératives.
Avant de mettre un terme à son exposé, Aurélien Bouithy a présenté une série de recommandations en rapport avec les modalités et techniques de financement des initiatives et projets portés par la femme congolaise, en particulier les employées de l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomès, qui ont pris la résolution de se constituer en coopérative d’entreprise. Des sujets et des échanges forts et enrichissants qui ont suscité un vif intérêt de l’auditoire tous genres confondus.

Florent SOGNI ZAOU
Journaliste Ecrivain

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles