Une mission du F.m.i (Fonds monétaire international), dirigée par Roland Kpodar, a séjourné à Brazzaville, du 23 octobre au 2 novembre 2023, pour mener des discussions dans le cadre de la quatrième revue du programme des autorités soutenu par la Fec (Facilité élargie de crédit). La revue s’est poursuivie par les échanges virtuels après le retour de l’équipe du F.m.i. Le 21 décembre, le conseil d’administration du F.m.i a approuvé les conclusions de cette quatrième revue et a fait décaisser immédiatement 32,4 millions de D.t.s (environ 43 millions de dollars).

Selon les conclusions de la quatrième revue, «la croissance économique devrait atteindre 4% en 2023. La production dans le secteur pétrolier a augmenté au cours du premier semestre, après trois années de contraction, grâce à l’entrée en production d’un nouveau champ pétrolier, une tendance à la hausse des investissements et la résolution de problèmes techniques qui entravaient la production. L’investissement privé et la consommation connaissent une reprise progressive, portée par une performance robuste du secteur agricole, de l’industrie alimentaire, des constructions et des services. La croissance économique, portée principalement par le secteur non-pétrolier, devrait se renforcer pour atteindre une moyenne de 4% à moyen terme».
«Des avancées notables ont été réalisées au cours de la mission dans les échanges sur les mesures politiques visant à favoriser la consolidation budgétaire et à faire progresser les réformes structurelles clés. Au rang des priorités figure la création d’espace budgétaire:
1- en stimulant la mobilisation des recettes intérieures au moyen de la rationalisation des exonérations fiscales;
2- en accordant la priorité aux dépenses sociales essentielles et à l’investissement dans les infrastructures clés;
3- et en rationalisant les subventions accordées au secteur de l’énergie, accompagné de mesures sociales d’atténuation en faveur des populations les plus vulnérables.
Des efforts soutenus sont aussi nécessaires pour renforcer la mise en œuvre des réformes structurelles, afin de renforcer la gestion des investissements publics, améliorer la gouvernance et assainir les finances publiques. Le nouveau financement du F.m.i continuera à aider les autorités congolaises à mettre en œuvre leurs politiques de développement, à préserver la stabilité macroéconomique du pays et à renforcer la reprise économique, dans un contexte d’inflation élevée, notamment alimentaire, de volatilité des cours du pétrole et du resserrement des conditions financières.
Ceci, afin d’ancrer durablement la consolidation budgétaire, réorienter les dépenses vers les besoins sociaux et les infrastructures essentielles, maintenir la dette publique à des niveaux viables, et ainsi jeter des bases solides pour une économie plus forte et plus diversifiée». «L’équipe du F.m.i se félicite de l’engagement renouvelé des autorités à mettre en œuvre les politiques nécessaires pour préserver la stabilité macroéconomique, promouvoir une croissance durable et inclusive, assurer la viabilité budgétaire, et mettre en place une gestion durable de la dette».

(Tiré du communiqué du F.m.i)

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici