back to top
27.2 C
Brazzaville
dimanche 16 juin 2024 | 16:54
spot_img

Exploitation de fer Congo – Cameroun : Vers la construction d’un chemin de fer transfrontalier, dont 149 Kms au Congo

La signature du contrat a eu lieu le 5 décembre 2023, à l’Hôtel Radisson Blu de Brazzaville, entre les représentants des gouvernements congolais et camerounais et du groupe Bestway finance Ltd, sous le patronage du ministre d’Etat Pierre Oba, ministre des industries minières et de la géologie. Le contrat de partenariat en mode Bot («Built-operate-transfer» construire, exploiter et transférer) concerne le financement, la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance de la ligne de chemin de fer Nabemba (au Congo), à Mbalam (au Cameroun), sur une longueur de 149 km, servant à acheminer le fer.

C’est le groupe Bestway finance Ltd, une société internationale d’investissement et de conseil, qui a la charge de financer les travaux de construction des infrastructures ferroviaires et portuaires, devant permettre l’exploitation de trois gisements de fer, Avima, Badondo et Nabemba, dans le Département de la Sangha, au Congo, et de Mbalam, au Cameroun.
Le contrat a été signé du côté congolais par le ministre d’Etat Pierre Oba et le ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Honoré Sayi et du côté camerounais, par les ministres des transports et des mines, de l’industrie et du développement technologique, respectivement Jean-Ernest Masséna Ngalle Bibehe et le Pr. Fuh Calistus Gentry ainsi que le directeur général de Bestway finance Ltd, Alexandre Mbiam.
Etalant le gigantesque projet minier transfrontalier, le directeur général de Bestway finance a précisé que la première phase est consacrée au développement d’un chemin de fer de plus de 650 km, soit 149 km au Congo et 510 km au Cameroun, allant du Mont Nabemba, dans le District de Souanké, au Nord du Congo, au Terminal minéralier multimodal de Kribi, au Cameroun.
A propos de la deuxième phase, il est prévu une dorsale ferroviaire reliant les départements de la Sangha et du Kouilou, pour pouvoir évacuer le fer par le Port autonome de Pointe-Noire. Un chemin de fer de plus de 130 km sera construit.
Outre le volet intégration, Alexandre Mbiam a évoqué les retombées économiques et sociales de ce projet pour le Congo. Il pourra générer plus vingt mille emplois directs et indirects, ainsi que plus de 24 mille milliards de francs Cfa de retombées fiscales, entre les deux États. Les trois gisements du Congo vont produire 125 millions de tonnes de fer enrichi par an. Avec cette production, le Congo deviendra ainsi le premier exportateur de fer en Afrique et le 5ème au plan mondial. «Avec cet exemple de coopération Sud-Sud, le Congo et le Cameroun vont devenir la cinquième puissance de la planète», s’est réjoui le responsable du groupe Bestway finance.
Tout même, il a indiqué que ce fer ne sera pas intégralement exporté, mais sera transformé en parti pour permettre l’abaissement du coût du fer à béton, et faciliter le développement de l’industrialisation de la zone Cemac. Avec la matérialisation de ce projet conjoint, les représentants des deux Etats ont exprimé leur satisfécit du fait que les deux pays ont décidé d’unir coopérer pour l’aboutissement de ce projet intégrateur bénéfique pour la sous-région.

Urbain NZABANI

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles