back to top
32.4 C
Brazzaville
mercredi 12 juin 2024 | 11:22
spot_img

Foc (Fédération de l’opposition congolaise) : Jean-Félix Demba-Ntélo s’insurge contre la création de nouveaux départements

Dans un document de quatre pages qu’il a publié en ligne, Jean-Félix Demba-Ntélo, président de la Foc (Fédération de l’opposition congolaise), s’interroge «pour quelle nécessité» ou «urgence nationale», la création de trois nouveaux départements répond-elle? Pour lui, «la création des deux départements dits du Djoué-Léfini et du Congo-Oubangui n’est que l’arbre qui cache la forêt, c’est-à-dire l’alibi pour justifier et accompagner le vieux projet du Président Sassou Nguesso, de détacher son district natal d’Oyo, du Département de la Cuvette, afin d’en faire progressivement la plaque tournante du Congo septentrional, voire du Congo tout entier».

Tout d’abord, Jean-Félix Demba-Ntélo rappelle qu’«à l’ordre du jour du Conseil de cabinet du 15 mai 2024, était bel et bien inscrit le projet de morcellement territorial du Congo, avec la création, sans aucune explication convaincante sur les motivations du gouvernement, de trois nouveaux départements administratifs dénommés:
1- Département de la Nkéni-Alima avec Oyo comme chef-lieu;
2- Département du Congo-Oubangui, avec Mossaka comme chef-lieu;
3- Département du Djoué-Léfini, avec Kintélé (Banlieue Nord de Brazzaville) comme chef-Lieu.
Le président du Foc trouve que «ce morcellement des Départements de la Cuvette et du Pool ne peut-être annoncé sans susciter certaines questions évidentes». Puis, il s’insurge contre ce projet, en développant l’argumentation suivante: «Il sied de souligner, avec force, que ce saucissonnage territorial non justifié, ni politiquement, ni sociologiquement, obéit hélas à une conception rétrograde de certains acteurs politiques congolais, ayant fait du repli identitaire avec la tribu comme unité de base de notre communauté nationale, leur projet politique pour le Congo.
Ce projet maléfique de balkanisation de notre pays, va à contrario de l’ambitieux projet de décentralisation qui fait désormais le consensus de la classe politique. En effet, la décentralisation dans son essence, est une nouvelle organisation de nos collectivités territoriales, en de vastes espaces intégrés de développement socioéconomique et culturel, jouissant d’une réelle autonomie de gestion au triple plan politique, administratif et juridique.
Malheureusement, ce grand projet qui préconise la création, dans nos campagnes, des grands pôles intégrés de développement, par le regroupement de deux à plusieurs départements, vidé de tout son contenu, est demeuré jusqu’à ce jour, une véritable escroquerie sémantique, malgré sa mise en chantier par une loi dite «de la décentralisation» adoptée et promulguée sous la présidence de Pascal Lissouba en 1995.
Loin d’être vécue par les populations de nos collectivités locales comme un véritable processus d’accès au développement économique, au progrès social et à l’épanouissement culturel, la décentralisation a été transformée par le pouvoir du P.c.t, au lendemain de chaque mascarade électorale, en une opportunité de nomination politique des militants zélés aux fonctions de responsabilité dans les exécutifs des assemblées locales dépourvues de programme et de moyens financiers.
Ainsi, pendant que toutes les politiques de fonctionnement et de gestion des collectivités locales sont arrêtées et décidées au niveau ministériel par le gouvernement, les assemblées locales, dépourvues de réels pouvoirs et de moyens financiers, servent essentiellement de structures politiques de placement aux hautes fonctions locales, pour récompenser les militants, jouissant de salaires et autres avantages colossaux».

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles