back to top
24.2 C
Brazzaville
mardi 21 mai 2024 | 04:05
spot_img

Fondation Niosi : Une conférence débat sur le stress, une énergie vitale qu’il est souhaitable de contrôler

La Fondation Niosi a organisé, jeudi 23 février 2023, à l’Institut français du Congo, à Brazzaville, une conférence débat sur le thème, «Le stress au quotidien». Présenté par le Dr Jérusalem Dzunu Kinouani, psychologue clinicien, praticien hospitalier à l’Hôpital central des armées Pierre Mobengo, sous la modération de Mme Bébène Ndamba Bandzouzi, professeure agrégée de neurologie, membre de la Fondation Niosi, en présence de quelques psychologues évoluant dans des établissements sanitaires de Brazzaville, ce thème a permis à l’auditoire de comprendre que le stress n’est pas un mal ni une dépression. Il est à la base d’une énergie vitale qui permet à l’organisme de fonctionner. Mais, si le stress est mal géré, il peut finir par provoquer des situations désagréables et conduire à des maladies liées au stress, parfois à des dégâts physiques qui peuvent être irréparables ou très graves.

Une vue de l’assistance.
Une vue de l’assistance.

Dans son exposé, le Dr Jérusalem Dzunu Kinouani s’est appesanti, entre autres, sur la définition du stress, les manifestations liées à une émotion ou une réponse de l’organisme à une agression extérieure, les causes et les approches pour gérer le stress, qui est un phénomène naturel. Malheureusement, au quotidien, plusieurs personnes ne savent pas reconnaître les signes du stress. Pourtant, il peut avoir le retentissement sur toutes les sphères de l’être humain. Surtout que la vie quotidienne nous fait confronter à diverses situations de stress. L’accumulation, petit-à-petit et au fil des jours, de ces situations de stress, peut entraîner une dégradation.
C’est ainsi que le conférencier a proposé quelques pistes permettant de développer un nouveau regard sur le stress, pour savoir comment le gérer. Quand on sait que le stress est une réaction physiologique et psychologique normale, suite à un changement de situation. C’est ainsi que le stress peut être engendré par un grand et ou un petit évènement pénible ou de joie. Il peut être aussi déclenché même par quelque chose de banal.
Le Dr Dzunu Kinouani a précisé qu’il existe différents types de stress: positif; négatif; ponctuel; aigu ou chronique. Sa gravité varie selon son intensité. A la base, le stress permet de bien se comporter, parce qu’il conditionne l’organisme pour s’adapter à une situation nouvelle, agressive ou joyeuse.
Le stress sert à rétablir l’équilibre intérieur rompu par des agressions extérieures. Son but est de maintenir l’équilibre vital, en fonction des évènements vécus quotidiennement, par exemple être en retard à un rendez-vous, au travail, avoir des soucis d’argent, des problèmes sentimentaux, etc.
Pour bien gérer le stress, il y a des approches consistant par exemple à créer un équilibre entre le travail et les loisirs, apprendre à rire, à faire la relaxation, le sport, manger à l’équilibre, consommer des fruits et des légumes, se reposer, rencontrer les autres, faire un débat, respecter le temps, etc. Le conférencier a conclu que le stress est mauvais, s’il n’est pas géré. C’est une énergie vitale qu’il est souhaitable de contrôler. Le bon stress, c’est celui qui aide à vivre et à fonctionner normalement. Le mauvais stress, c’est celui qui paralyse, qui met en colère, qui pousse même à la violence.
Pour lutter contre le stress, il faut avoir une bonne connaissance de soi. Le Dr Jérusalem Dzunu Kinouani, a lancé un message sur le stress: «Chaque fois que les gens ont des réactions qu’ils ne comprennent pas dans leur organisme, c’est bien d’aller vers l’hôpital. Si à ce niveau, les examens médicaux ne montrent rien, il faudrait qu’ils se rappellent que cela peut être la partie invisible de l’être humain qui souffre. Il faut donc se confier aux spécialistes de santé mentale qui peuvent les aider. A Brazzaville, on peut les trouver au C.h.u, à l’hôpital militaire, à l’hôpital général de Nkombo, à l’hôpital de référence de Makélékélé, à l’hôpital de référence de Bacongo et dans les établissements sanitaires privés». Cette conférence a eu une allure beaucoup plus pédagogique. L’assistance a posé des questions pour comprendre les manifestations du stress et comment éviter de mal le gérer.

Martin
BALOUATA-MALEKA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles