back to top
23.2 C
Brazzaville
mardi 16 juillet 2024 | 10:24
spot_img

Grâce au député Mavoungou, les candidats de la troisième circonscription de Lumumba, à Pointe-Noire, abordent le bac 2024 avec confiance.

Troisième circonscription de l’arrondissement 1 Lumumba de Pointe-Noire

Grâce au député Maurice Mavoungou,
les candidats abordent le bac avec confiance

Ils étaient plus de 150 élèves, en tenue scolaire, accompagnés de leurs parents, à faire le déplacement, dimanche 16 juin 2024, de l’Ecole primaire publique Lien Athanase Dambou, au Quartier Mawata, dans la troisième circonscription du premier arrondissement Lumumba de Pointe-Noire, pour la cérémonie de clôture du Projet «Mon bac 2024», sous les auspices de leur député, Maurice Mavoungou, assisté de son suppléant, Victor Béli.

Le Projet «Mon bac 2024» a concerné des élèves des classes Terminales A, C et D résidant dans la circonscription. Il s’est agi, à travers les travaux dirigés (T.d), de combler leurs difficultés dans les disciplines de base telles que la philosophie, le français et l’anglais pour la série A, les mathématiques, les sciences physiques et les Sciences de la vie et de la terre (S.v.t) pour les séries C et D.
Maurice Mavoungou s’adressant aux enfants et aux parents d’élèves
Les bénéficiaires du Projet Mon bac écoutant les conseils de leur député
Pour Maurice Mavoungou, élu du Mar (Mouvement action et renouveau), l’initiative «résulte des doléances des élèves et parents d’élèves». Inscrite dans le dessein du député de s’arrimer à la vision du Président de la République, qui a décrété 2024 comme l’année de la jeunesse, elle est en lien avec une réalité peu reluisante dans le secteur éducatif congolais. «La plupart des enseignants distribuent des cours par polycopies sans pour autant les expliquer. Et ils imposent aux élèves d’aller aux T.d ou à leurs centres d’encadrement où ils prennent tout le temps d’expliquer les cours. Pour les T.d, par exemple, il faut débourser près de 200 francs Cfa par discipline par jour. Au centre d’encadrement, l’élève est tenu de verser 3.000 francs Cfa par matière par mois», ont témoigné de nombreux parents après la cérémonie.
Des pratiques qui, d’après des pédagogues hypothèquent l’égalité des chances et tuent la méritocratie. Ce qui explique la baisse significative du niveau scolaire des enfants. «Une première évaluation sommative par matière réalisée courant avril 2024 avait révélé d’importantes lacunes à surmonter pour la majorité des enfants», a expliqué Cyril Ndembi Traoré, pédagogue et coordonnateur du Projet «Mon bac 2024» dans la présentation de son rapport. «Nombreux d’entre nous n’avaient pas les moyens pour s’inscrire aux T.d», a reconnu Hans Boungham, un des candidats et bénéficiaires du Projet «Mon bac 2024».
Et loin d’être une panacée, l’objectif poursuivi par le projet était de réduire les difficultés éprouvées par les 150 candidats dont 81 filles dans les disciplines à coefficient élevé au bac. C’est ainsi qu’au terme de trois mois (février à juin) de renforcement des capacités, c’est un bilan «globalement» positif qu’a présenté l’équipe d’exécution du projet composée de sachants dont les professeurs certifiés des lycées.
Ainsi qu’en témoignent les résultats du bac blanc. «Courant avril 2024, les résultats du bac blanc ont permis de constater une amélioration significative porteuse d’une lueur d’espoir avec des moyennes variant entre 13 et 10 pour certains, 9 pour la plus grande majorité des élèves», a révélé Cyril Ndembi Traoré.
Des résultats confirmés par les bénéficiaires. «La coordination et l’équipe pédagogique n’ont ménagé aucun effort pour nous inciter à travailler davantage. (…) En trois mois et demi, nous avons beaucoup appris et réussi à surmonter de nombreuses lacunes et difficultés auxquelles nous étions confrontés dans les différentes matières retenues», a confié un élève, s’est félicité Boungham. Cellui-ci a terminé son mot en remerciant le député pour son assistance, non sans formuler le vœu que pareille initiative se poursuive dans la circonscription. «Tout en vous remerciant, nous vous faisons la promesse solennelle de bien travailler le jour de l’examen pour avoir de bons résultats et compenser tous vos efforts et satisfaire nos parents», a-t-il promis.
Doléance approuvée par le député qui a déclaré avoir confiance à ces enfants. «Au vu des résultats du bac blanc, je suis convaincu que vous abattrez un bon travail au bac rouge», a déclaré le parlementaire. Non sans inviter les parents à davantage de responsabilité, conformément au thème choisi cette année pour la journée de l’enfant africain célébrée le 16 juin: «L’éducation pour tous les enfants en Afrique: l’heure est venue». «L’heure est venue pour nous tous, à Lumumba 3, de prendre conscience que l’éducation des enfants de la circonscription devrait, désormais, être un devoir collectif. Un devoir collectif que chacun devrait accomplir avec abnégation, mais surtout dans l’esprit du Vivre ensemble», a recommandé Maurice Mavoungou.
John NDINGA NGOMA
(A Pointe-Noire)

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles