Home National I.g.s (Inspection générale de la santé) : Connaître les procédures de fermeture...

I.g.s (Inspection générale de la santé) : Connaître les procédures de fermeture d’une officine de pharmacie

0
La tribune des officiels.

Sur instruction du ministre de la santé et de la population, l’I.g.s (Inspection générale de la santé) a organisé, mardi 30 avril 2024, dans l’auditorium de l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomès, à Brazzaville, un atelier sur les procédures de fermeture d’une officine de pharmacie. Les cérémonies d’ouverture et de clôture de cet atelier se sont déroulées sous le patronage du directeur des hôpitaux, Dieudonné Okiémou, dans une modération du Prof Richard Roger Urbain Bileckot, inspecteur général de santé, avec la participation des membres de l’Ordre national des pharmaciens, dont le président, le Dr Victor Ngoma, des représentants du Ministère du commerce, de la consommation et des approvisionnements, du Ministère en charge du travail, de la police et des organisations de la société civile.

L’organisation de l’atelier sur les procédures de fermeture d’une officine de pharmacie est partie du constat que vingt-deux officines de pharmacie sont en situation irrégulière, particulièrement à Brazzaville et à Pointe-Noire. En effet, en septembre 2022, une délégation conjointe de l’I.g.s et l’Ordre national des pharmaciens s’était rendue à Pointe-Noire. Elle avait découvert un nombre important de pharmacies en situation irrégulière. Devant ces résultats, le ministre de la santé et de la population, Gilbert Mokoki, avait donné les instructions sur l’organisation d’un atelier, afin de vulgariser les procédures de fermeture d’une officine, avant de passer à la répression.

Une vue des pharmaciens

L’unique communication de l’atelier, portant sur «les procédures de fermeture d’une officine de pharmacie» a été présentée par trois conférenciers.
Le Dr Jules Bouète, pharmacien, chef de service de la réglementation pharmaceutique à la Direction de la pharmacie et du médicament, a présenté les conditions d’ouverture d’une officine de pharmacie. Parmi les conditions exigées, il faut être de nationalité congolaise, titulaire d’un diplôme en pharmacie, membre de l’Ordre national des pharmaciens et avoir une attestation de reconnaissance dûment délivré par le Ministère de la santé et de la population. Parmi les causes conduisant à la fermeture d’une officine, il y a l’absence prolongée du pharmacien titulaire pour raison de décès ou autre et la radiation de l’Ordre national des pharmaciens.
Pour sa part, le Dr Ray Mankélé, président de la Fondation congolaise pour l’accès aux médicaments, a rappelé qu’une officine de pharmacie est un espace de santé et un commerce qui effectue la vente en détail des médicaments, qui fait recours à un pharmacien. Pour exercer le métier de pharmacien, il faut s’inscrire à l’Ordre des pharmaciens. En plus, «la pharmacie est une entreprise qui remplit toutes les obligations qu’une entreprise doit remplir». Une pharmacie ne doit plus exister, lorsqu’il y a cessation volontaire de l’activité par le pharmacien titulaire ou pour cause de décès de celui-ci. Malheureusement, c’est le contraire qui se fait.
La Dre Bertille Akenandé, inspectrice divisionnaire de pharmacie, de biologie médicale et de médicament, a évoqué la question du remplacement d’un pharmacien titulaire. Ce remplacement se fait dans les mêmes conditions que celles de devenir pharmacien. Un fils ne peut pas remplacer son père pharmacien, s’il ne remplit pas les conditions de devenir pharmacien. S’il n’y a personne dans la famille remplissant les conditions de devenir pharmacien, l’officine est confiée à un autre pharmacien, jusqu’à l’épuisement du stock et sa fermeture, en saisissant l’Ordre national des pharmaciens, pour les aspects administratifs.
Cette communication a suscité des réactions du côté des pharmaciens qui ont demandé à l’administration de trouver des solutions, en plus d’autres problèmes soulevés. A l’issue de l’atelier, un comité de rédaction des procédures de fermeture d’une officine de pharmacie a été mis en place. Il est composé de l’administration, de l’ordre et de la société civile.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile