back to top
22.2 C
Brazzaville
jeudi 20 juin 2024 | 08:37
spot_img

Journée internationale de l’hygiène menstruelle : L’Association S.o.s femmes du Congo, soucieuse de la santé de la jeune fille

L’humanité célèbre, le 28 mai de chaque année, la journée internationale de l’hygiène menstruelle. Cette année, qui marque le dixième anniversaire de cette journée, le thème en est: «Les règles, parlons-en». La garniture, les tampons ou serviettes hygiéniques, les sous-vêtements, le savon, les sanitaires et même l’eau destinée aux bains intimes, rien n’est facile d’accès aux jeunes filles congolaises.
A l’occasion de la journée internationale de l’hygiène menstruelle, l’Association S.o.s femmes du Congo, dont l’un des objectifs est de faire la promotion des droits en santé sexuelle et reproductive, organise, du 23 au 28 mai 2024, une campagne de sensibilisation, dans le but de briser le silence sur la menstruation qui est un phénomène physiologique et de mettre en lumière les difficultés d’accès aux kits de dignité que subissent les jeunes filles et les femmes.
Brazzaville traverse actuellement une vague de chaleur sans précédent. Dans les quartiers, les populations se plaignent du manque d’eau, une denrée de première nécessité dans la vie humaine, car la société en charge de la distribution d’eau n’arrive pas à desservir les quartiers. Comme par malheur, les femmes sont parmi les premières victimes de la pénurie d’eau courante. Beaucoup plus que les hommes, elles en ont besoin, pour leurs soins intimes, particulièrement en période de menstrues. La gent féminine se plaint de ce qu’elle ne peut prendre une douche au moins deux fois par jour.
La situation est plus risquée pour la majorité des femmes lorsqu’on sait que plus de la moitié de la population congolaise ne dispose pas de toilettes décentes. Cette réalité expose les femmes à de nombreuses infections.
Par ailleurs, que ce soit pour l’approvisionnement en eau ou pour d’autres besoins liés à l’hygiène intime de la femme, «l’argent est le nerf de la guerre». Les filles issues des familles démunies ne sont pas toujours capables de se procurer des serviettes hygiéniques ou des tampons au prix de 500 à 5000 F Cfa. En général, elles privilégient les dépenses alimentaires, quand il y a un peu d’argent. Surtout lorsqu’elles se trouvent en situation de vulnérabilité. C’est le dilemme de choisir entre acheter de la nourriture ou acheter les produits menstruels. Certaines utilisent des morceaux de pagne à la place des objets appropriés. Difficile dans ces conditions de renouveler régulièrement les sous-vêtements et de les entretenir comme il se doit.
Les inégalités sociales font que de nombreuses filles et adolescentes ne disposent pas des ressources nécessaires pour gérer leurs menstruations avec des méthodes appropriées. Leur vie en est souvent affectée. L’accès aux kits de dignité (eau, savon, produits menstruels, sous-vêtements, etc.) pendant la période de menstruation est fondamental pour une bonne santé.

Roland KOULOUNGOU

Related Articles

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles