Home Culture Journée internationale des archives : Faire connaître le rôle des archives et valoriser...

Journée internationale des archives : Faire connaître le rôle des archives et valoriser le travail des archivistes

0
La salle de consultation du Centre national de documentation et des archives, à Brazzaville.

Etablie en 2005 à initiative du Conseil internationale des archives, une organisation non-gouvernementale internationale consacrée aux archives, créée en 1948 et dont le siège est à Paris (France), la journée internationale des archives, célébrée le 9 juin, a pour objectif de faire connaître le rôle des archives et valoriser le travail des archivistes.
A l’origine, le Conseil international des archives regroupait les responsables des archives publiques des pays développés. Au fil des années, il s’est peu-à-peu ouvert aux représentants de tous les types de services d’archives, appartenant à la plupart des pays du monde. Les associations professionnelles d’archivistes peuvent également en être membres, ainsi que des archivistes à titre individuel.
Lors de sa 33ème session tenue à Paris, en 2005, la conférence générale de l’Unesco a proclamé le 27 octobre comme journée mondiale du patrimoine audiovisuel. Voulant d’une journée spéciale sur les archives, le Conseil international des archives va décider de retenir la date du 9 juin, pour célébrer la journée internationale des archives.
Le choix de cette date ne doit rien au hasard. C’est en effet un 9 juin, en 1948, que le Conseil international des archives a été créé, sous les auspices de l’Unesco. La journée a fini par donner une semaine internationale des archives au cours de laquelle des organisations du monde entier partagent leurs événements et participent à la promotion de la valeur et l’importance des archives, des archivistes et des professionnels de la gestion des documents.
Au Congo, il existe un Centre national des archives et de la documentation, créé sur les cendres des Archives coloniales de l’A.e.f (Afrique équatoriale française) conservées à Brazzaville, et constituant un patrimoine partagé entre la France et les Républiques issues de l’ancienne A.e.f (Congo-Brazzaville, Gabon, Centrafrique et Tchad).
Contrairement à l’A.o.f (Afrique occidentale française), le patrimoine archivistique de l’A.e.f a connu la «césure», avec le rapatriement des archives dites de souveraineté vers la métropole, aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence. C’est à la fin de la Seconde guerre mondiale, en 1945, que les archives du gouverneur général de l’A.e.f commencent à s’organiser. Une décennie après l’accession du Congo à l’indépendance, en 1960, fut créée, en 1971, la Direction générale des services de bibliothèques et d’archives qui, après moult restructurations, a été érigée en Centre national d’archives et de documentation, avec pour mission de collecter, conserver et communiquer les documents d’archives d’intérêt historique et patrimonial au public.
La Direction générale des services de bibliothèques et d’archives ne deviendra opérationnelle qu’en 1974, après la récupération des fonds de l’A.e.f restés sous la tutelle de l’Institut des études centrafricaines. Mais, quatre décennies après sa création, le Centre national des archives et de documentation demeure confronté à de nombreux problèmes qui rendent difficile l’accomplissement de ses missions traditionnelles. Parmi ces problèmes, il y a le manque de formation des agents, la carence du matériel de travail, des locaux inadéquats, le déficit du cadre légal et réglementaire.
Dans le secteur privé, il existe aussi des services d’archives. On peut tout de même relever la présence du Centre de documentation juridique de Brazzaville, fondé en 1998. Il dispose d’une bibliothèque ouverte au public et un service informatique pour la copie et la multiplication des documents.

Urbain NZABANI

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile