back to top
27.9 C
Brazzaville
mercredi 12 juin 2024 | 20:21
spot_img

Justice: le député Aimé Hydevert Mouagni formellement inculpé et placé en détention

Justice

Le député Aimé Hydevert Mouagni formellement inculpé et placé en détention

Après la levée de son immunité parlementaire, par l’assemblée nationale, mercredi 3 avril 2024, le député Aimé Hydevert Mouagni (53 ans), de profession informaticien et sociologue de formation, père de neuf enfants, qui était déjà en garde-à-vue dans les locaux de la C.i.d (Centrale d’intelligence et de documentation), à Brazzaville, a été formellement inculpé, le vendredi 5 avril, par le président de la Haute cour de justice, Henri Bouka. Celui-ci a délivré un mandat de dépôt contre lui, pour le placer en détention préventive, à la Maison d’arrêt, en attendant son procès.

Après l’affaire de ses audios diffusés dans les réseaux sociaux, le député Aimé Hydevert Mouagni a été poursuivi par le gouvernement, représenté par le Ministère public (parquet). Il est inculpé de «diffusion et propagation de nouvelles de nature à porter atteinte à la sécurité et à la défense nationales, à ébranler le moral des populations; de diffamation et de propagation de fausses nouvelles susceptibles de troubler la paix publique ou de nuire à l’intérêt national ou encore d’ébranler le moral de la Nation et, enfin, de détention illégale d’armes et de munitions de guerre».
Le député Aimé Hydevert Mouagni
Aimé Hydevert Mouagni est le deuxième député, mais le premier en présentiel, à être jugé par la Haute cour de justice, depuis l’institution de la nouvelle Constitution en 2015. Le premier est le député Ghislain Galibali qui fut condamné, par contumace, en mai 2022, à une peine de 30 ans de travaux forcés pour faux et usage de faux à propos de son diplôme d’ingénieur en développement qui lui avait permis d’être recruté au Fonds routier en 2018. Il était aussi condamné à payer, dans un délai de deux ans, «la somme de 101,3 millions de francs Cfa au Fonds routier, en termes de remboursement des salaires perçus». Comme on le sait, avant même son procès, il avait réussi à quitter le territoire national. Quand on imagine l’étendu du phénomène de faux diplômes dans le pays et l’usage de faux dans l’administration congolaise, il y a de quoi s’imaginer que des centaines de Congolais se retrouveraient derrière les barreaux pour dix ou trente ans.
Les trois griefs graves qui pèsent sur le député Aimé Hydevert Mouagni peuvent lui valoir plus de dix ans d’emprisonnement. C’est un terrible retournement de l’histoire pour celui qui ne jurait par autre que le Président de la République, même dans ses frasques politiques.
Urbain NZABANI

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles