back to top
29.5 C
Brazzaville
samedi 18 mai 2024 | 10:29
spot_img

Lettre de Yakamambu : Mon très cher ami Mbulunkwé, mboté!

Nos amis communs, Itoua, Mboungou, Tati et Yakamambu sont contents de l’année décrétée pour la jeunesse par le Président de la République. Mais, ils se disent: qu’est-ce que cette année va apporter à chacun des jeunes congolais? Alors, ils ont débattu entre eux. Au regard de l’érosion des valeurs morales au sein de la société congolaise, ils pensent qu’il faut instaurer un service civique de la jeunesse. Pourquoi un service civique de la jeunesse ?
Itoua, Mboungou, Tati et Yakamambu pensent cela va aider la jeunesse congolaise à se revêtir du nouveau manteau de valeurs cardinales dont:
1- Aimer le Congo, notre patrie, être fier d’en être citoyen et se disposer à le respecter, à l’honorer et à le défendre jusqu’au péril de sa vie;
2- Promouvoir et inculquer la culture de l’excellence et de la compétence: nul n’ignore que ce sont des hommes et des femmes, tous excellents, diplômés, doués de savoir et de savoir-faire dans les différents domaines d’activités et qui sont les artisans du développement de tout pays.
3- Promouvoir la culture de la créativité, de l’esprit d’initiative et d’entreprise;
4- Promouvoir la culture du vivre-ensemble et de la pratique de la solidarité.
Il sied de signaler, sans vergogne, qu’aujourd’hui dans notre pays, les Congolais vivent malheureusement dans un environnement de méfiance, d’égoïsme, d’égocentrisme, de jalousie, de haine, de délation, de tribalisme et de méchanceté. Itoua, Mboungou, Tati et Yakamambu sont convaincus que la culture du vivre-ensemble et de la solidarité doit être une valeur cardinale que tous les Congolais doivent, coûte-que-coute cultiver entre eux, pour que, désormais, les relations entre Congolais ne soient empoisonnées par les conditions tribales, religieuses ou philosophiques. Il faut créer ou mettre sur pied, comme en 1959, un Service civique de la jeunesse. Pourquoi un Service civique de la jeunesse? Parce que celui-ci aura comme objectif:
– d’insuffler aux jeunes gens la foi dans les destinées de notre pays;
– d’utiliser des jeunes qui jusque-là ne trouvent ou ne trouvaient pas dans l’immédiat à s’employer, en les affectant à des tâches rentables pour notre pays, les former moralement et techniquement pour leur permettre de s’insérer dans la vie nationale à l’issue de leur passage au Service civique.
Le passage de ces jeunes désœuvrés, victimes pour la plupart de l’exode rural, contribuerait à créer chez eux, comme je l’ai écrit plus haut, le sens civique et l’esprit de solidarité nationale.
D’autre part, les jeunes volontaires pour un reclassement rural iraient en formation dans des villages de reclassement où ils suivraient une formation professionnelle accélérée prodiguée par des éducateurs de toutes disciplines: enseignement, génie rural, agriculture, élevage. L’encadrement et la conduite générale relèveraient des officiers de notre armée, commandés par un officier supérieur spécialiste des écoles de formation de jeunes.
Enfin, pour ceux qui ne seraient volontaires ni pour le reclassement rural, ni pour l’édification des villages extra-coutumiers, leur emploi serait prévu dans le cadre des grands travaux définis par l’Etat. Organisme de rééducation, de récupération et de formation, le Service civique de la jeunesse serait la preuve de l’intérêt que la République porte à sa jeunesse et du soin avec lequel il prépare son œuvre.
L’œuvre, cela va sans dire, requiert de la patience et l’on pourrait souhaiter aller vite. Le programme est trop grave et sérieux pour y appliquer des solutions hâtives. Seule une action méthodique et tenace peut apporter à la situation de cette jeunesse, l’amélioration qu’elle en droit d’espérer. Seule une action méthodique et tenace peut amener les jeunes qui sombrent dans le banditisme, à renoncer au port des armes. Il nous faut éviter coûte que coûte que cette jeunesse ne devienne le terreau des gangs ou des bandes armées comme en Haïti ou dans certains pays de l’Amérique du Sud et qui écumeraient nos villes et nos campagnes. Ne dit-on pas qu’il faut prévenir que guérir? Comprenne qui pourra. Au revoir et à bientôt!

Diag-Lemba.

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles