Dans le cadre de la mise en œuvre de l’A.p.v (Accord de partenariat volontaire) et l’application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux (Flegt), qui lient le Congo et l’Union européenne, il s’est tenu, lundi 22 mai 2023, au Ministère de l’économie forestière, à Brazzaville, la 17ème session technique du comité conjoint réunissant les deux parties, pour évaluer la progression du processus. Co-présidée par Joseph Moubouilou, directeur général de l’économie forestière, et Karl Rawert, premier conseiller, chef de coopération à l’Ambassade de l’Union européenne au Congo, cette session avait pour objectif d’analyser les forces et les faiblesses de l’évolution du niveau du programme, ainsi que d’apprécier la réalisation des recommandations retenues lors de la dernière session. Il est ainsi apparu la nécessité d’achever le déploiement du système informatisé de vérification de la légalité du bois et de le rendre opérationnel.
Pendant les travaux, les participants ont insisté sur la nécessité d’accélérer le déploiement du système informatisé de vérification de la légalité du bois (Sivl), pour permettre au pays de vendre son bois en toute transparence sur le marché international. L’A.p.v (Accord de partenariat volontaire) sur l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux rend obligatoire la délivrance des certificats de légalité dans le commerce du bois. Cela facilite de suivre la traçabilité de l’exploitation forestière du bois depuis sa source (forêt), jusqu’au lieu de transformation.
Les experts de la partie congolaise ont insisté sur la gouvernance forestière et la gestion durable des forêts, conformément au code forestier qui est la loi qui aide à mieux gérer les écosystèmes au niveau national.
Pour leur part, les experts de l’Union européenne ont reconnu que les forêts du Bassin du Congo fournissent des services écologiques très importants et constituent un grand réservoir de la biodiversité. C’est aussi une ressource pour l’Union européenne qui a besoin du bois congolais. Et puis, comme on le sait, la forêt joue un rôle dans la lutte contre le changement climatique. C’est à ce titre que cette ressource doit être gérée de manière durable.
A la fin des travaux, Théophile Ntiakoulou Loulébo, cadre à la Direction générale de l’économie forestière et point focal de l’A.p.v-Flegt a souligné que «l’opérationnalisation du système informatisé de vérification de la légalité connaît un avancement de déploiement. L’installation de cet outil va contribuer à l’augmentation du secteur forestier au produit intérieur brut (P.i.b). Toutes les recettes enregistrées seront fiables dans la mesure où la traçabilité sera menée par un instrument mis en place au niveau national. La volonté politique est déjà bien établie avec l’implication de toutes les parties qui marquent leur disponibilité à répondre aux préoccupations tant nationales qu’internationales».

Martin BALOUATA-MALEKA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici