31.2 C
Brazzaville
sam 20 avril 2024 21:02:43
spot_img

Ministère de l’industrie culturelle, touristique, artistique et des loisirs : Vers la revalorisation du site historique du Royaume de Loango, dans le Kouilou

Le ministre de l’industrie culturelle, touristique, artistique et des loisirs, Mme Lydie Pongault, a reçu en audience, lundi 20 mars 2023, à son cabinet ministériel, à Brazzaville, deux ambassadeurs, François Barateau (France) et Eugene Youg (Etats-Unis) et la représentante de l’Unesco, Mme Fatoumata Marega. Reçus ensemble, à leur demande, les trois diplomates ont échangé avec la ministre en charge de la culture et du tourisme, sur «le grand projet sur le Royaume de Loango et la mémoire des esclaves». Il s’agit de la réhabilitation et la revalorisation du site historique situé dans la sous-préfecture de Hinda, dans le Département du Kouilou.

Le site de Loango prend en compte le village de Diosso où se trouve le musée Ma Loango (ancien quartier administratif du royaume), la Baie de Loango, un site historique de la traite négrière et un écosystème côtier, avec ses forts courants marins et ses récifs rocheux. En effet, ce site a été le point d’embarquement de millions d’esclaves africains vers les Amériques. Il y a encore des témoins de ce commerce inhumain qui a conduit à l’un des plus grands génocides de l’humanité à savoir: le grand marché; les trois manguiers; l’arbre pour le rituel de l’oubli et celui du retour. Les vestiges historiques de ce site, qui fait partie intégrante de notre histoire, sont à valoriser.
Au sortir de l’audience, François Barateau a confié que «c’est un grand projet dont la ministre nous a exposé les grandes lignes et aussi l’ambition qui est grande. Elle nous a fait part de son besoin que nous soyons à ses côtés, pour accompagner ce projet le mieux possible en termes d’expertise scientifique. L’idée étant d’organiser un grand colloque international de haute qualité sur le Royaume de Loango et la route de l’esclavage, puis de matérialiser cette problématique dans un édifice de la mémoire qui pourrait faire sortir Loango de l’oubli».
De son coté, Eugene Young, a souligné «il y a beaucoup de pays qui ont une histoire commune avec le Congo, notamment le site de Loango. Avec les Etats-Unis, il y a une liaison directe entre Loango et notre histoire. Une grande partie de cette histoire est vraiment tragique. De ce fait, il y a une partie de notre culture aux Etats-Unis qui est africaine, pas seulement pour les Afro-Américains, mais aussi pour tous les Américains».
Interrogée sur le rôle que va jouer l’Unesco dans la valorisation du Royaume Loango, Fatoumata Marega a déclaré, «l’intérêt de l’Unesco là-dessus comme son mandat le lui commande est vraiment d’accompagner le Congo dans toute cette réflexion, d’apporter cette expertise technique aux cotés des partenaires bilatéraux et de s’inscrire dans la perspective d’inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco».
Signalons que ce site Loango est menacé par des érosions marines dont les effets négatifs sont déjà perceptibles sur toute la baie de Loango et plus particulièrement sur le cimetière historique dont les deux tiers ont été emportés.

Roland KOULOUNGOU

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles