Home Culture Musique : Hommage à Samba Mascott des Bantous de la capitale

Musique : Hommage à Samba Mascott des Bantous de la capitale

0
Le concert des Bantous de la capitale au Bar La Détente.

Décédé le 11 avril 1991, à Paris, en France, Joseph Mayanguila Samba, connu sous son surnom d’artiste Samba Mascott, est une grande figure qui a marqué de son emprunte dans la sphère musicale congolaise. A l’occasion du 32ème anniversaire de sa disparition, une messe d’action de grâce a été célébrée, samedi 22 avril 2023, en la Cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville, par l’abbé Bienvenu Kimbengui, curé de ladite paroisse, avec la participation des membres de la famille de l’illustre disparu, des représentants de l’U.m.c (Union des musiciens congolais), de ses collègues de l’Orchestre Les Bantous de la capitale, des amis et connaissances. Un dépôt de gerbe de fleurs a été effectué sur sa tombe, au cimetière du centre-ville, et une prestation des Bantous de la capitale, a eu lieu au Bar La Détente, à Bacongo. Cet hommage, c’est la concrétisation de l’idée lancée par son fils, Yvon Josammy Samba Ganga, scientifique, écrivain et chercheur américain d’origine congolaise, vivant aux Etats-Unis.

La tombe de Samba Mascott.
La tombe de Samba Mascott.

Sous un ciel dégagé, plein de grâce et d’espoir, en mi-journée, les parents de Joseph Mayanguila Samba, dit Sammy Mascott ou Samba Mascott, ainsi que ceux qui l’ont connu s’étaient donné rendez-vous en la Cathédrale Sacré-Cœur, pour commémorer la mémoire de ce grand artiste qui a su se distinguer par son élégance et son style. Une icône de la musique dont nombre de Congolais se souviennent encore à travers ses chansons.
Dans son homélie basée sur l’évangile de Saint-Jean, les versets 16 à 21 du chapitre 6, l’abbé Bienvenu Kimbengui a édifié les fidèles sur les missions que le Seigneur a confiées à chacun d’eux, pour éduquer, former et transformer les consciences. Il a souligné que Samba Mascott compte parmi les artistes qui ont éduqué ses compatriotes, avec sa chanson, «Sammy na Cathy». «Cette chanson nous a beaucoup éduqués autour des années 80. Toutes les fois qu’elle était diffusée sur la radio nationale, c’était pour nous un rappel signifiant qu’il était temps d’aller à l’école», a-t-il dit. Signalons que cette chanson est connue sous le nom de Marie-Jeanne, nom donné également à la Coupe d’Afrique remportée par le Congo en 1972.
Dans son mot de circonstance, au nom de la famille, Divine Tchitembo, petite-fille de l’artiste, s’est adressée à son grand-père, sur un ton émouvant: «Cela fait 32 ans, depuis que tu nous as quittés. Je m’attriste à la seule pensée que jamais on n’aura le privilège de t’écouter nous raconter tes expériences vécues. Tu ne peux imaginer ce que nous ressentons, lorsqu’on pense au grand homme que tu étais. Il y a une chanson dont le titre était «Bâna avenir na nga» (Les enfants sont mon avenir), cela voulait dire qu’il voulait vieillir auprès de ses enfants et que ces derniers prennent soins de lui. Malheureusement, le ciel l’a rappelé plus tôt».
Accompagnés des amis et connaissances, les parents se sont rendus au cimetière du centre-ville, pour le dépôt de la gerbe de fleurs sur la tombe de l’artiste et s’y recueillir. Une cérémonie agrémentée par la fanfare des bantous de la capitale. «Samba Mascott était un homme aimable, très amusant avec des chansons réfléchies. Il était un créateur. Quand vous écoutez toutes les chansons des Bantous, les accompagnements, c’était l’œuvre de Samba Mascott. Je suis venu honorer un grand de la musique congolaise», a déclaré Joseph Mpénaya, membre du comité exécutif des Bantous de la capitale. Signalons qu’un concert des Bantous de la capitale a été organisé le même jour au Bar la détente avec plusieurs interprétations des chansons de samba Mascott.

Roland KOULOUNGOU

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile