back to top
35.4 C
Brazzaville
mercredi 12 juin 2024 | 15:52
spot_img

Le perpétuel calvaire des retraités du Congo et les timides efforts pour les soulager

Ces derniers jours, j’ai été témoin des scènes et spectacles désolants et déshumanisants, devant les agences de la C.r.f (Caisse de retraite des fonctionnaires) et de la C.n.s.s (Caisse nationale de sécurité sociale) où les retraités étaient appelés à se faire recenser jusqu’au 20 octobre 2023, au plus tard. Oui des retraités qui, après avoir durement travaillé, sont allés à la retraite qu’ils pensaient être une retraite bien méritée et ipso facto dorée.

Tous étaient là, fatigués, assis qui, dans des fauteuils roulants pour handicapés avec leurs walkers, d’autres avec des bâtons en guise de cannes de fortune ou avec des cannes-béquilles et d’autres encore affalés sur des chaises mises à leur disposition sous des chapiteaux. Leurs visages ridés et amaigris reflétaient non pas le bonheur d’être retraités ou la placidité, mais la misère, la pauvreté et l’inquiétude du lendemain. Un véritable spectacle désolant, triste et morbide.
Les uns, tout en se rappelant les souvenirs d’antan, se partageaient, solidarité oblige, des bananes, du pain, des ignames, des cacahuètes; du moins tous ceux qui pouvaient en avoir. Les autres, attendant d’être appelés, bayaient aux corneilles ou somnolaient la bouche entr’ouverte où pouvaient s’engouffrer des mouches, des moucherons et d’où dégoulinait lentement de la bave.
Dans ce groupe, l’on trouvait aussi beaucoup de malades victimes de diverses pathologies comme l’asthme, les rhumatismes aigus, l’hypertension, le diabète morbide, la prostate, des hémiplégiques, etc. Tous étaient accompagnés soit par un fils, soit par un neveu, soit par un frère qui, tous, les aidaient à se mouvoir. Malgré toutes ces pathologies, ils «prenaient la vie du bon côté», si vie il y avait encore pour eux, pauvres retraités maltraités.
Même si «la vieillesse est un naufrage» dixit le général De Gaulle, nos retraités en sont les exemples vivants ou si vous voulez, la caricature. Jusqu’à quand notre Etat les laissera choir dans la misère, à l’automne de leur vie? La misère à propos de laquelle le père Joseph Wresinski a affirmé: «La misère commence là où sévit le non-respect des droits de l’homme. La misère n’est pas une fatalité. C’est une maladie du corps social, condamnée à disparaître. La misère est l’œuvre des hommes et seuls les hommes peuvent la détruire. La misère est une violation des droits de l’homme et une atteinte à la dignité humaine. La lutte contre la misère est un devoir sacré fondé sur le respect de l’égale dignité de tous les êtres humains. Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, il faut s’unir pour la combattre, la refuser et résister à l’inacceptable».
De son côté, la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme: «Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant, pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires».
En mes qualités de chrétien et d’humaniste, je suis révolté dans mon for intérieur, car le chrétien et l’humaniste ont un profond et grand respect pour les personnes âgées et pour tous ceux qui sont leurs parents qui leur ont permis de naître, de vivre, de grandir et de travailler dans notre pays, le Congo. Tous nos vieux qui sont loin de ceux que Jacques Brel a chantés et dont il a dit que «chez ces vieux, ça sentait le thym, le propre, la lavande et le verbe d’antan». Tandis que chez les nôtres, ça sent, au contraire, la misère, la poussière, l’urine, le sale et ça affiche le désarroi et l’appréhension des lendemains incertains qui les empêchent de dormir.
Comme je suis révolté de l’âgisme à l’égard de nos retraités. Lequel âgisme peut être considéré, sous d’autres cieux, comme la non-assistance à personnes âgées en danger.
Enfin, je suis révolté, car «être révolté, c’est prendre la révolte des autres», dixit Albert Camus. Attention, notre tour arrive à grands pas. Dois-je nous rappeler ce qu’a dit l’écrivain français du 19ème siècle, Alfred de Vigny: «Nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert»?
Il faut, toutefois, rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. C’est pourquoi il sied de relever et de souligner les efforts qui ont été faits par la C.n.s.s et la C.r.f. En effet, beaucoup d’efforts ont été faits et continuent d’être faits pour soulager les retraités à qui la pension est versée maintenant, mensuellement, en attendant le paiement de leurs arriérages. Des efforts ont été déployés pour leur fournir des toilettes décentes et propres. Finies ces éclipses pour aller uriner dans les matitis, les herbes et au bord des murs d’alentour.
Il est évident que la C.n.s.s et la C.r.f ne ménagent pas leurs efforts pour procurer un peu de bonheur aux retraités. Ce bonheur qui est un état d’âme qu’il faut, coûte-que-coûte, recréer. Contrairement à ce que nous croyons, ce bonheur se trouve parfois dans les petites choses. L’ego nous éloigne parfois du bonheur, car il entraîne un individualisme exacerbé et des réponses inadéquates aux circonstances de la vie. Ainsi, il détruit le bonheur.
Ce bonheur, qui est différent du plaisir, ne peut exister sans partage. Le bonheur, c’est avant tout l’amour, au sens plus noble du mot. Pour l’avoir de manière permanente, il faut, quoi qu’il arrive, rester serein, concentré et chercher à briller par son cœur et surtout à partager. Pour le retrouver, il faut plonger au cœur de notre être, par-delà les pulsions, les passions et les habitudes. C’est en donnant de l’amour que nous recevons de l’amour; c’est en donnant la possibilité aux autres d’avoir le bonheur que nous sommes heureux. C’est l’une des lois de la nature.
Enfin, mon vœu le plus cher est de nous voir, nous Congolais que nous sommes, de nous montrer de la pitié, de nous montrer des qualités et de montrer plus d’amour. Nous nous permettrions alors plus d’égalité; nous ferions preuve de fraternité et d’unité. Nous laisserions alors l’humour et je me dirais heureux de nous voir tous vivre ensemble, dans une société congolaise qui, malheureusement, est aujourd’hui en perte de repères et de valeurs.

Dieudonné
ANTOINE-GANGA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles