back to top
27.2 C
Brazzaville
vendredi 12 juillet 2024 | 17:23
spot_img

P.e.a.c (Pool énergétique de l’Afrique centrale) : La boucle de l’amitié énergétique s’élargit à d’autres pays

La 24ème session ordinaire des organes statutaires (Comité des experts et Comité de direction), du P.e.a.c (Pool énergétique de l’Afrique centrale) tenu du 4 au 7 avril 2023, à Brazzaville a été l’occasion d’affirmer le rôle de cette organisation dans l’interconnexion électrique des pays de la sous-région et dans la volonté des Etats de garantir aux populations un accès à coût abordable à l’électricité.
Dans son allocution d’ouverture, Frédéric Maniénzé, a fait état d’une action en faveur du développement des infrastructures et de l’intégration régionale. «Parmi les actions phares figurent l’accord de coopération dénommée «Boucle de l’amitié énergétique», signé le 6 décembre 2021, à Brazzaville, entre la République du Congo et la République Démocratique du Congo. Cet accord débouche sur des avancées tangibles avec l’adhésion, le 28 février 2023, de la République de l’Angola. La volonté d’améliorer la coopération régionale en matière d’interconnexion électrique est aujourd’hui acquise, se développe et n’a donc pas besoin d’une autre validation supplémentaire pour être poursuivie», a-t-il déclaré.
Jean-Bruno Adou Danga, directeur général de la société nationale E²c, a dégagé la vision de sa société, en ces termes: «La vision d’E2C est d’être une force motrice du secteur électrique, un catalyseur de croissance et un fournisseur d’une énergie fiable et de service de qualité. S’agissant de ses objectifs visés, E2c œuvre pour être en parfaite adéquation avec les objectifs régionaux inhérents au secteur de l’électricité, elle ne ménagera aucun effort, pour jouer pleinement sa partition sur le plan régional».
Fabrice Lusende Wa Lusangi Kabemba a souligné que «c’est de la réalisation physique des projets qui sont des puissants vecteurs de développement, à la fois, social et économique, que découlera l’amélioration des conditions de vie de nos peuples et notamment, des populations les plus défavorisées par la création d’activités génératrices des revenus et des conditions favorables à l’industrialisation de la sous-région».
A l’ouverture du Comité de direction, Emile Ouosso, ministre de l’énergie et de l’hydraulique, a indiqué que «la politique d’intégration économique par l’électricité correspond assurément à la stratégie du développement du secteur de l’électricité, impulsée par le gouvernement. L’intégration économique constitue un facteur de paix, de sécurité et de développement des ensembles sous-régionaux».

Les impressions de quelques experts à la fin des travaux

Emile Ngomalé, président sortant du Comité des experts: «Le P.e.a.c est en train d’être performant et progresse. Pour cette année, il y aura beaucoup d’activités programmées allant dans le sens, surtout, de mettre en place les organes qui permettront à notre institution d’avoir le même niveau que les autres, comme en Afrique de l’Ouest et de l’Est».
Paul Pondi, chef du département administratif et financier du P.e.a.c: «Le P.e.a.c a une vision transversale. Les résultats des experts ont été très fructueux et enrichissants. Cela nous a permis d’élaguer et d’éliminer certains projets qui ne sont pas d’envergure transfrontalière ou d’interconnexion, mais plutôt d’envergure nationale, c’est-à-dire à la charge des sociétés d’énergie. 43 projets ont été retenus pour l’année 2023».
Pour Fabrice Lusinde Wa Lusangi Kabemba, président du Comité de direction: «En ce qui nous concerne directement, nous restons dans la droite ligne de ce que nos chefs d’Etat ont décidé, notamment dans le cadre de la Boucle de l’amitié. Les deux Présidents du Congo et de la RDC ont chargé nos ministres et nous, les directeurs généraux des sociétés d’électricité des deux pays, de mettre en œuvre le programme de la Boucle de l’amitié qui devrait apporter de la résilience aux réseaux électriques de nos deux pays respectifs, mais surtout accrocher le réseau de l’Angola et à terme ceux de la Centrafrique, du Gabon et de bien d’autres pays. Le prochain rendez-vous sera l’inauguration du poste de transformateur de Kinsuka, à Kinshasa, d’ici au mois de juillet 2023. A partir de là, on construira la ligne qui ira de Inga à Soyo, à Mouanda, au Cabinda, à Pointe-Noire et ainsi de suite. Nous venons consolider ce que nos deux Chefs d’Etat ont mis en œuvre depuis plusieurs mois».

Martin BALOUATA-MALEKA

Oh bonjour
Ravi de vous retrouver.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img

Derniers Articles